Pourquoi la cascade de La Priée restera sans restauration

Réparation aux basses eaux en octobre 2014 (retardée suite tests de recherche de nouvelles ressources en eau pouvant entrainer des résurgences)

 

L'administrateur du SABA a demandé le 23 octobre 2012, suite à une décision de madame le Maire, lors du comité syndical qu'elle soit bouchée.

 

L'intérêt patrimonial de cette cascade a été reconnu : cette retenue fût la première piscine d'Aix dotée d'un maitre nageur (Mr Susini). La Mairie fera une déclaration d'utilité publique afin de pouvoir faire effectuer les travaux par le SABA.

*La cascade avant :

 

 

Cette cascade résulte d'une retenue d'eau (muret et margelle de déversement). Elle ralentit l'Arc, permet d'en élargir le cours juste avant la chute, et donne à cet endroit nommé "La Priée" une allure romantique. Très prisée l'été pour sa fraîcheur, cette cascade est entourée de beaux arbres et l'on imagine aisément Cézanne y peignant ses baigneuses et baigneurs (ce fût la première piscine d'Aix dotée d'un maitre nageur).

 

Le muret  de la cascade a lâché partiellement (voir photo ci-après), aussi l'Arc s'y engouffre et vide la retenue.

 

*Les premiers dégats

Les bords de l'Arc sont la propriété de la mairie depuis 1976 d'un seul coté seulement, la berge côté Meyreuil est privée. 

Les dégâts se sont accrus et la réfection n'aura pas lieu du fait d'une réglementation européenne exigeant la suppression des seuils de cette nature afin de permettre la libre circulation des poissons (alors qu'un passe à poisson permettrait de répondre à une telle demande...).

09/2015 : la Mairie a demandé à la Préfecture une dérogation  à la directive européenne interdisant sa reconstruction en installant une passe à poisson. Malgré un budget prévu à cet effet, la cascade restera en l'état du fait de cette réglementation.

*Aujourd'hui, la cascade n'existe plus à part quelques rochers éparpillés pour nous rappeler qu'elle fût !

Télécharger
2014_10_9 BORDS DE L'ARC.pdf
Document Adobe Acrobat 376.5 KB